lundi 2 mai 2016

Hôtel Le Mathis, Secret d’initiés

Il y a des secrets jalousement gardés. De ces adresses qui ne s’encombrent pas des modes trop évidentes, vite dépassées. Quand les célèbres avenues s’éveillent, à deux pas une rue incognito sommeille…
Seule la lourde porte vernissée noire du Mathis retient l’attention. Derrière les tentures, la lumière filtre à peine. Vingt-trois chambres très privées. Un bar un restaurant boudoirs. Le Mathis met le tout-Paris et bien plus dans sa poche. Son luxe est la discrétion. Seule la grille de l’ascenseur XIXème susurre de haut en bas, le frôlement intrigant des rêveurs éveillés et des papillons de nuit. 

Tout juste rénové par le groupe hôtelier H8 Collection, Le Mathis inspire à son Président, Jean-Philippe Cartier un art de vivre convoité: «Chacune de nos acquisitions est emblématique d’un certain style, français, authentique et singulier. Le Mathis est celui d’une Rive droite affranchie. Elégante dès l’aube, éloquente la nuit venue». Au Mathis, les ors sont bien là mais ne claquent pas, ils réchauffent les corps et les âmes. Au luxe tapageur et au paraître, on préfère les arts, les lettres et les êtres. Mi bourgeoise-mi dandy, de midi à minuit, le vie parisienne se joue ici.

Une nouvelle génération à l’élégance travaillée, retrouve rue de Ponthieu des valeurs enracinées, le plaisir du goût juste, rétro décalé. A deux pas, les vernissages du Grand Palais font palpiter le coeur de la capitale. Aux terrasses des avenues le soir, les hips de la Fashion week côtoient les médias, les scènes artistique et politique. Pas si sage, le 8ème du Mathis twiste les codes et réveille la nuit. N’est-ce pas là le jeu du vrai parisien ? Franchir le pas, la Seine. Changer de scène, être là où on ne l’attend pas. La façade rénovée de l’immeuble bourgeois se fait volontairement discrète. Stores et grilles noires de rigueur n’annoncent pas la couleur. Seule la lumière tamisée filtre derrière les tentures et captive. On ose entrer.

Une élégance débridée…

Le hall pourrait être celui d’un hôtel particulier, précieux et intime à la fois avec ses plafonds dorés à la feuille. Le motif léopard happe au détour d’un regard, il déroule les marches d’un escalier étroit qui mène aux vingt-trois chambres, pas une de plus. On pressent qu’ici, l’expérience unique du luxe ne sera pas si classique. A l’image des félidés chers aux muses Mitzah Bricard et Jeanne Toussaint dans les années cinquante, le Mathis se rebelle, loin des combinaisons décoratives trop bien maîtrisées. Un soupçon de noirceur sauvage.

Point de bascule entre deux univers, le noir profond des passages cède à des ambiances plus veloutées dans les espaces privés. Le Mathis n’a pas attendu pour mélanger les genres. Dans les chambres d’où le tumulte de la ville jamais ne perce, la douceur s’exprime en clair-obscur. Le parquet clair ou noir selon la chambre, réchauffe l’atmosphère. Les papiers peints à motifs palmes et oiseaux se tempèrent d’unis texturés framboise et de tentures crème à gris argenté.

Le mobilier de facture, les miroirs baroques, singularisent les suites. Les objets choisis, précieux ou pas, pourraient être de famille, sans doute est-ce pour cela qu’on aimerait séjourner au Mathis toujours plus longtemps, comme chez soi. Les lits King Size se lovent avec des têtes de lit généreuses, des couettes et des coussins qui invitent à la paresse. L’or patiné n’en rajoute pas, il distille des ondes juste positives, bienveillantes.

Le secret du Mathis c’est aussi sa mémoire, sa personnalité qui se confond avec celle de son fondateur » Jean-Philippe Cartier Président de H8 Collection et propriétaire de l’Hôtel Mathis Bel de NUIT*, la légende du Mathis. Un repaire vrai, le contraire d’un hall de gare design ou minimaliste, impersonnel : «Françoise Sagan, Jacques Chazot, Alexis de Rédé, Dani, Roman Polanski, Jean-Paul Aron, Yves Saint-Laurent, Bernard Buffet, Pierre Bénichou, Frédéric Botton, Edouard Baer...tous ces trafiquants d’heures supplémentaires ont compris qu’Il arrivait.

Les têtes s’orientent vers la porte, tournesols de nuit à l’unisson. Un mètre quatre-vingtdix d’allégresse s’immobilise au milieu du salon; Gérald Nanty vient d’entrer chez lui.»* Quand il ouvre en 1996, il affiche délibérément son mépris des modes, du clinquant, du show off. Il reçoit les créateurs de tous bords, les écrivains, les acteurs et les actrices, les plumes et les politiques, à l’abri des paparazzis. Gérald Nanty a eu l’intuition de ce repaire singulier où l’on peut se réfugier plutôt que s’afficher, faire de vraies rencontres. L’alchimie est aujourd’hui intacte. Tel un filtre malicieux, il capte et captive sans rien imposer. Librement sélectif, le Mathis est devenu sans paraître, l’envie d’aujourd’hui. Le pari d’un certain Paris. La grille de l’ascenseur se ferme. Se glisser en bas, en douce, cachés par de lourdes tentures, le bar et le restaurant du Mathis se font désirer. On pressent que la nuit sera un commencement. *Bel de nuit, Gérald Nanty, Elizabeth Quin, Grasset, 2007

Renaissance d’un lieu culte : le bar & le restaurant Mathis…

Le Mathis inspire et pousse à changer de Rive dans la capitale. C’est la première fois pour Experimental Group. Point de bascule entre hier et demain, le partenariat entre le groupe H8 Collection et Expérimental Group annonce des nuits neuves. “Jean-Philippe Cartier le propriétaire, nous a contacté pour un projet inédit. Compte tenu de nos nombreuses réalisations en cours, nous ne pensions pas pouvoir accepter de nouveaux challenges. Mais, à l’annonce du projet de reprise du Mathis pour la partie bar et restaurant, comment refuser une telle proposition? C’est un peu comme reprendre un mythe et le positionner dans une nouvelle époque”. Ce bar de poche est toujours une icône. Il est désormais aux nuits parisiennes ce que
les grandes maisons de couture sont à son élégance, des lieux d’esprit qui traversent le temps sans se soucier des modes, et ce n’est pas près de changer.

C’est la volonté d’Olivier Bon, Pierre-Charles Cros et Romée de Goriainoff, créateurs de l’Experimental Group, qui reprennent les clefs du restaurant et du bar Mathis, d’ouvrir une nouvelle saison sans rien changer à la philosophie du lieu, et ne pas chercher à créer un endroit à la mode.

En admirateurs de cette maison singulière, ils souhaitent s’inspirer de ce qui faisait son style unique pour faire revivre cet héritage au présent en y ajoutant leur savoir-faire. Atmosphère intimiste, bar à cocktails et table ouverte toute la nuit : ceux qui aiment la fête connaissent le chemin. Ils seront toujours les bienvenus.

Moquette aux motifs de fougères, banquettes de velours rouge, lustre Art nouveau et toiles de Bernard Buffet, habitué génial du lieu dès son ouverture, ont retrouvé leur éclat. Un esprit résolument Napoléon III. Rien d’ostentatoire au Bar du Mathis. Seul le comptoir est transformé en piano ultra-opérationnel, pour servir un florilège de cocktails. Côté restaurant, plafonds moulurés, peintures de l’Ecole de Barbizon, lustres à pampilles et assises généreuses laissent augurer des saveurs impressionnistes. Céladon et rouge sang. Le restaurant et le bar se complètent avec élégance. Pertinent et impertinent. Françoise Sagan avait donné le ton du lieu à son ami, Gérald Nanty: « Ouvre donc un bar avec trois tables de restaurant, nous ferons des dînettes entre nous. »* Plaisirs insoupçonnés derrière la porte noire, refuge des connaisseurs éclairés.

Informations : Hôtel Le Mathis, 3 Rue de Ponthieu 75008 Pari, tél. +33 (0)1 42 25 73 01 - www.hotelmathis.com


Aucun commentaire:

Publier un commentaire