vendredi 22 janvier 2016

Vivre les îles bretonnes

Les îles fascinent… Tour à tour des refuges de marins, repaires secrets de pirates, nids insulaires d’oiseaux, réserves naturelles…


Elles sont toujours mystérieuses, riches en secrets, histoires et légendes et sources d’inspiration. Gauguin, Brel, Stevenson, Robinson Crusoé, Napoléon… isolement volontaire ou forcé, les îles marquent les esprits de tous les "naufragés" qui accostent sur l’une d’elles !


Véritables petits paradis sur mer, les îles, îlots, archipels et presqu’îles bretonnes des 21 stations du réseau Sensation Bretagne garantissent et offrent un dépayse­ment total. Des îles, la Bretagne n’en manque pas ! Elles sont même nombreuses. Certaines plus grandes, plus touristiques, plus médiatiques, plus éloignées, plus sauvages, plus difficiles d’accès… Les îles des stations du réseau Sensation Bretagne ne sont rien de tout cela : plutôt secrètes, atypiques et certaines privées !

Voici 7 îles pour mettre ses sens en éveil… presque seul au monde !

Propices aux rêves, à l’aventure et aux expériences uniques : l’île Milliau à Trébeurden, l’Archipel des Glénan à Fouesnant-les Glénan, l’île Louët et l’île Callot à Carantec se prêtent aux expériences roots, et aux vacances bohèmes avec leurs gîtes de mer et leurs hébergements éco-durable.

Propices à la sérénité, véritables îlots de nature : l’Archipel des Ebihens à Saint-Cast-Le Guildo, l’île de Batz à Roscoff et l’Archipel protégé des 7 îles à Perros-Guirec offrent, le temps d’une journée, la découverte d’une biodiversité unique et d’espèces endémiques inoubliables.

A pied, à vélo, en bateau, en kayak, reliées au continent par un isthme, un tom­bolo ou une digue : dans les stations du réseau Sensation Bretagne, tous les che­mins mènent à la mer et tous les moyens sont bons pour accéder à ces insularités singulières qui "narguent" le continent de leur indépendance !
Expérience ornithologique, virée roots, gardien du phare, vacances bohèmes, escapade sur une île privée, bain de verdure tropicale, nautisme dans le Tahiti bre­ton : cap sur ces petites îles au trésor !

Ile Milliau à Trébeurden - une virée roots sur la côte de granit rose !

Site écotouristique exceptionnel, l’île Milliau permet de vivre une expérience complètement roots ! Propriété du Conservatoire du Littoral depuis 1984, exemple rare de biodiversité, la nature a ici tous les droits. Colonisée par les lapins et par 279 autres espèces animales (toutes sympathiques), on s’y ressource, on y randonne, on y dort avec pour seuls horizons le bleu de la Manche, le rose des rochers et le vert des prairies. Cachette secrète ou escale romantique isolée du monde : zoom sur l’ancien lopin mondain de Melle Lucie Jourdan et Aristide Briand !


La petite histoire

Bien plus fréquentée par les lapins que par les touristes, l’histoire de l’île Milliau est à la hauteur de ses paysages. Convoitée depuis le néolithique, ses premiers occupants dressèrent l’allée cou­verte, un alignement de plusieurs dolmens, remarquablement conservés. Au VIe siècle, des moines évangélisateurs bâtirent une cellule monastique. Tiens… l’un deux s’appelait Milliau ! Puis une ferme fut érigée au Moyen Âge. Milliau fut ensuite géné­reusement cédée au début du XXe par le Comte de Carcaradec à Melle de Jourdan, la maîtresse d’Aristide Briand. Sa demeure, construite en 1913, deviendra le spot des fêtes mondaines dans les années folles.

Pourquoi c’est unique ?

Accessible en bateau, en kayak, en paddle ou à pied par un isthme d’une centaine de mètres, à marée basse ; l’île Milliau ouvre un horizon à 360°. De son point culminant, elle offre une vue unique sur de petits îlots qui courent vers les flots, des plages de sable blond et des côtes rocheuses. Loin du tumulte terrien, on vient chercher ici l’isolement et la déconnexion d’une île hyper végétalisée et jonchée de menhirs, doublée d’un estran peuplé d’oiseaux.

Où dormir ?

Dans un gîte moyenâgeux ! Vestiges et témoins d’une agriculture médiévale, les anciennes fermes ont été restaurées à la fin du XXe siècle pour en faire un gîte d’étape, en pleine mer, d’une capacité de 17 personnes. Ultra protégée, il est demandé aux locataires de signer une charte de bonne conduite (ramener les déchets sur le continent, préserver l’eau douce puisée sur place…) et de limiter leur séjour à quelques jours. Réservation d’avril à septembre par nuitée : Bihit 76 € pour 3 lits, Tanéo 100 € pour 5 lits et Castel 145 € pour 7 lits.

Quoi faire ?

Randonner et contempler ! Les caractéristiques naturelles de l’île et la gestion de ses ressources sont hors norme : tout au long des 3 km, sur ses 23 hectares, elle s’est façonnée une palette de paysages où l’avifaune est double : terrestre et marine. D’un côté les passereaux des fourrés et forêts, de l’autre les oiseaux marins de l’estran. La richesse de la faune et de la flore parle d’elle-même : 57 espèces d’oiseaux, 6 espèces de reptiles et d’amphibiens ainsi que 6 espèces de mammifères ont été dé­nombrées sur Milliau. Côté végétal, près de 280 espèces ont été recensées, soit le double au mètre carré comparé au continent !

Les Glénan à Fouesnant-les-Glénan - les caraïbes en Bretagne !

Joyau tropical de la Bretagne sud, archipel enchanteur, mirage d’outre-mer, les Glénan, à 18 km au large de Fouesnant, a des allures de lagon : 8 îles principales d’une superficie de 144 hectares de terre, une dizaine d’îlots et de multiples écueils s’organisent en cercle autour d’une petite mer intérieure appelée "la chambre". Une destination imparable pour s’offrir un stage de voile ou un trip paradisiaque sans prendre l’avion : plages vierges, lumières spectaculaires garanties et le clou du spectacle : le tombolo de sable blanc étincelant reliant Saint-Nicolas à Bananec.


La petite histoire

Habité dès la Préhistoire, l’Archipel connut des fortunes diverses au cours de son histoire, avec moins de 100 habitants à son apogée en 1881 ! Des moines évangélisateurs aux pirates anglais, espagnols et hollandais en passant par les pêcheurs du célèbre vivier de Saint-Nicolas. Les Glénan furent le théâtre vivant d’esprits originaux qui se sont disputés la vedette ! Aujourd’hui, l’Archipel, dont plusieurs îles sont privées ou classées réserves ornithologiques, n’est plus habité qu’à partir du printemps et presque entièrement voué aux loisirs nautiques. Le Centre Nautique Les Glénans a rendu célèbre l’Archipel dans le monde entier grâce à à son école de voile qui vit le jour, en 1947, et fréquentée par des générations de marins !

Pourquoi c’est unique ?

Parce qu’à quelques milles nautiques à peine de la côte bretonne les paysages incroyables des Glénan rappellent les îles tropicales avec ses eaux turquoise et ses plages de sable blanc. C’est aussi LE SPOT incontournable pour le mouillage, l’archipel étant abrité des vents d’Ouest et des courants.

Où dormir ?
Sur l’île Saint-Nicolas, au Sextant, un gîte de mer géré par une équipe de bénévoles qui peut recevoir simultanément jusqu’à 30 personnes. Conçu à l’origine pour accueillir des groupes de randonnées nautiques, il est maintenant ouvert à tous dans un esprit collectif où chacun participe : un retour aux fondamentaux où nature et vie associative ne font qu’un ! Réservation de juin à octobre.

Quoi faire ?

Découvrir la limpidité exceptionnelle des eaux de l’Archipel en plongeant dans un monde sous-marin où Eponges et laminaires côtoient les dorades et les tourteaux, voire en toute simplicité avec masque et tuba. Réserver un Kayak ou se laisser guider dans de passionnantes balades nature à la découverte de la faune et de la flore. Site privilégié de nidification de plusieurs espèces, l’Archipel est peuplé d’animaux marins et d’une espèce unique au monde : le Narcisse des Glénan visible uniquement en avril !


Ile Louët à Carantec,  s’improviser gardien du phare  le temps d’une nuit !

Sublime caillou à seulement 350 m du rivage de Carantec, l’ïle Louët permet de vivre une expérience 100 % coupée du monde ! Idéale pour un week-end, l’île peut accueillir jusqu’à dix amis qui ont soif d’aventures ou à la recherche d’un trip écolo complètement déconnecté !


La petite histoire

Ce bout de roche a vu un phare s’ériger en l’an 1857 à la demande de la Chambre du Commerce morlaisienne afin de sécuriser l’accès au port pour les navires. Durant plus d’un siècle, plu­sieurs gardiens de phare et leurs familles se succèdent. Mais dans les années 1960, son foyer lumineux (16 m au-dessus des pleines mers) est automatisé et l’île se vide de ses derniers habitants. En 2004, l’idée de rendre le lieu accessible à tous, de révéler l’identité du phare et de protéger ses ressources naît de la ville de Carantec. Rénovée dans un cadre de développement durable, la maison du gardien du phare et son île sont désormais réservables depuis 2011.

Pourquoi c’est unique ?

Accessible en bateau ou en kayak, Louët est l’une des rares îles que l’on peut louer le temps d’une ou deux nuits. Son sommet offre une vue panoramique sur la Baie de Morlaix, de Roscoff à Plougasnou en passant par les côtes de St Pol, Carantec, Ploué­zoc’h, le château du Taureau et les îles de la réserve ornitholo­gique.

Où dormir ?

Dans la maison du gardien du phare, gîte d’une ou deux nuits d’une capacité de 10 personnes, qui offre une vue sur la mer à 360° ! L’équipement est limité à l’essentiel : pas de téléphone, toilettes dans la "remise du pêcheur", sanitaires dans l’ancienne "soue à cochon" et douche à l’eau froide. Le confort est sommaire mais la maison est très jolie et le dépaysement est garanti ! Disponible d’avril à octobre, 477 € pour 2 nuits pour 10 personnes.

Quoi faire ?

Profiter ! Lieu idéal pour le nautisme, Louët est aussi une halte incontournable pour observer les oiseaux migrateurs. Un must pour revenir aux choses simples : bronzage, baignades, barbe­cue, balade dans les rochers, chasse au trésor…

100 % Famille - Ile Callot à Carantec, pour des vacances bohèmes en famille !

Tel un tout petit village de campagne posé sur la mer, cette île en forme d’hippocampe recouverte d’ajoncs de fougères et de bruyères, est située en face du petit port de Carantec. Pas embêtées par le voisinage, seules 9 familles vivent sur ce petit bout de terre de 2 km. Verte et vallonnée, Callot est un vrai petit paradis sauvage pour expérimenter des vacances à la cool en pleine nature !


La petite histoire

On dit que Korsold, prédateur danois en vadrouille dans la ré­gion, entassait ses butins sur l’île. Mais Riwallon, chef local bre­ton immigré de Grande-Bretagne, invoqua la Vierge à genoux et lui promit un sanctuaire si la victoire était à lui. Vestige de cette anecdote, la Chapelle, dont le clocher est classé Monument Historique, domine encore l’île aujourd’hui. Exploitée au XVIIe siècle pour son granit, Callot servit également à construire l’hôpital et la manufacture des Tabacs de Morlaix, une partie du Viaduc et de nombreuses bâtisses de la région.

Pourquoi c’est unique ?

Une île aux deux visages : presqu’île à marée basse et île à marée haute ! L’île Callot est accessible à marée basse par une route submersible* qui s’avance tel un serpent de mer. Callot est un sublime patchwork cousu par Dame Nature : du granit rose et mauve, du quartz taillé à la hache, des galets polis, des petits murs de pierre, des chemins creux, un sable lumineux et même des champs de choux, d’artichauts, de pommes de terre et d’échalotes !
* une route qui se dévoile à marée basse et qui permet de relier l’’ile au continent

Où dormir ?

Chez Nathalie Le Ven, la propriétaire d’une charmante maison aux volets mauve, qui accueille les candidats à la quiétude totale. Réservation Week-end : 250 € - 900 € la semaine en juillet/août.

Quoi faire ?

Le SPOT hyper réputé de la baie de Morlaix, notamment pour les coques et palourdes. Pédaler ! Sa petite surface permet de faire le tour de l’île à vélo, d’explorer l’extrémité nord de l’île, très sau­vage, sa réserve naturelle protégée ou d’atteindre l’église Notre- Dame de Callot pour s’offrir un sublime point de vue.

100 % Nature- Ile de Batz face à Roscoff, pour plonger dans un bain de verdure

BATZ. Les 4 lettres résonnent et claquent comme un drapeau dans le vent breton et cachent une île à la personnalité forte et originale avec une large palette de paysages. Des paysages agricoles, avec ses ambiances rurales, ses chevaux au travail, ses tracteurs, ses paysans qui côtoient le paysage marin, ses bateaux, les canots des batziens et ceux des plaisanciers. Véritable oasis au milieu des dunes, Batz, havre de paix rêvé pour une expérience 100% nature, jouit d’un calme olympien !


La petite histoire

L’Ile de Batz doit son nom à sa forme, une île relativement basse, qui pour les marins se confond avec les collines du continent. Ses origines remontent à plus de 5 000 ans, à une période où elle n’était vraisemblablement pas encore séparée du conti­nent. Quelques guerres franco-anglaises plus tard, au début du XVIIe siècle, l’île prospère avec la culture du chanvre et du lin, destinée à l’industrie de la toile. Batz atteindra son apogée lors de la première moitié du XIXe siècle avec une quarantaine de capitaines au long cours, originaires de l’île, qui parcouraient le globe. C’est de cette période que datent les grandes maisons de pierres, à étage, entourées de hauts murs.

Pourquoi c’est unique ?

Parce que massifs dunaires, roches déchiquetées, plages de sable fin, côtes rocheuses, landes et zones humides se succèdent tout au long du littoral. Elles offrent, également, la possibilité d’une escale riche en découvertes en flânant sur l’île, au gré du microclimat batzien quasi exotique.

Quoi faire ?

Faire de savoureuses emplettes sur les marchés de producteurs bio, sillonner à vélo ou à pied les 350 hectares de l’île. Du Trou du serpent à l’ouest à la chapelle Ste Anne de style roman en passant par le phare en granit : l’île est une curiosité tant naturelle que culturelle, riche en histoires et anecdotes.

Le coup de coeur nature !

Le jardin exotique Georges Delaselle, une véritable jungle bre­tonne qui fait voyager en Amérique, en Asie, en Australie et en Afrique. En 1897, Georges Delaselle, un assureur parisien tombé sous le charme de l’Île de Batz, décide de créer une petite oasis. Il achète des terres à la pointe de Penn ar C’hleguer, puis plante des cyprès de Lambert, chênes verts et pins noirs d’Autriche, afin de protéger le site contre les vents et embruns. En 1937, ayant épuisé ses forces et ses revenus, il vend sa propriété. Le jardin tombe à l’abandon. Il faudra attendre 1987 et une équipe de bénévoles pour faire renaître ce fabuleux jardin qui compte plus de 2 000 espèces de tous les continents dont une exceptionnelle collection de palmiers.

100 % Nature - L’Archipel des Ebihens face Saint-Cast-Le Guildo, pour une escapade nature sur une île privée

Du petit village de Saint-Jacut-de-la Mer, direction l’Archipel des Ebihens, sur la côte d’Émeraude, une île privée de 20 hectares, en forme de croissant, composée de belles plages. Ses petites îles dispersées ici et là, rattachées les unes aux autres, à marée basse, par des bancs de sables, permettent de découvrir un littoral sauvage et désert !


La petite histoire

Occupée avant notre ère, des fouilles archéologiques sur l’île permirent de découvrir les traces celtiques d’un atelier de fabri­cation de pains de sel. Longtemps exploitée comme carrière de granit, "La petite île" – Enez Bihen en Breton est devenue une réserve ornithologique en 1984. Aujourd’hui, cette propriété privée est partagée entre 6 propriétaires, majoritairement descendants directement ou non de Michel, l’un des capitaines de course de Robert Surcouf, qui en hérita à la Révolution pour une somme dérisoire !

Pourquoi c’est unique ?

Seul un banc de sable de 2 km de long permet d’accé­der à la petite île des Ebihens, deux fois par jour, à ma­rée basse. La traversée à pied, depuis Saint-Jacut, de la mer se fait en trente minutes. Une fois sur cette île privée, la découverte ne dure pas plus de 2 heures ; on peut y admirer figuiers et mimosas, la tour en ruine, bâtie en 1694 par le Comte Pontbriand à partir des plans de Vauban.

Quoi faire ?

Se balader à pied ! Un sentier principal permet de découvrir la partie Nord/Sud qui traverse l’île avec une vue splendide sur le Cap Fréhel. Du côté abrité des vents dominants, il est possible d’observer des oiseaux marins tel que le Goéland Argenté, brun, et marin, le Cormoran Huppé et le grand Cormoran, l’huîtrier Pie, ou encore le Tournepierre*. Côté Nord Est de l’île, le paysage, plus sauvage, autorise un autre spectacle, celui où houle et vagues tapent la côte rocheuse et déferlent sur quelques hauts fonds.

Le coup de coeur nature !

L’île en kayak de mer** ! Un mode de visite doux qui permet de découvrir plages et criques mais aussi de nombreux passages secrets, dans le cahot rocheux des Haches, tels que "le couloir de la mort" ou encore "les portes de l’enfer"!

* Certaines parties de l’archipel, en dehors des plages, sont interdites d’accès pendant les périodes de nidification. ** La traversée en kayak de mer depuis Saint-Cast-le Guildo prend environ 30 minutes en moyenne selon la marée et les conditions météo (départ de la Grande plage de Saint-Cast, de la Cale de la Bouvette à la Pointe de la Garde ou de la plage de Pen Guen).

100 % Nature - l’Archipel des 7 îles à Perros-Guirec, pour une incroyable expérience ornithologique !

À 7 km des rochers roses de Ploumanac’h, l’Archipel des 7 îles répartit son chaos granitique sur Rouzic, les Costans, Malban, Bono, L’île aux Moines, L’île Plate et les Cerfs. Au total, 40 hectares surplombent l’eau à marée haute ! Classé site naturel protégé en 1912 par la Ligue de Protection des Oiseaux puis Réserve Naturelle en 1976, l’Archipel est accessible unique­ment de février à novembre en vedettes et voiliers traditionnels au départ de Perros-Guirec.


La petite histoire

Premier espace protégé français de droit privé, l’archipel des Sept-Îles a été mis sous protection en 1912 par la LPO qui luttait alors contre le massacre des macareux moines sur ce site. Depuis cette date, et son classement en réserve naturelle nationale en 1976, il attire bien d’autres espèces !

Pourquoi c’est unique ?

Parce que c’est l’une des plus importantes réserves naturelles du littoral français. En breton, l’Archipel des 7 îles se nomme "Ar Gentiles" qui signifie "Les Gentilles", un nom prédestiné pour ce féerique royaume d’oiseaux marins qui ont élu domicile sur l’Archipel. Des milliers de Fous de Bassan, des centaines de macareux-moines surnommés aussi "les perroquets de mer", Cormorans Huppés, petits Pingouins Torda, guillemots de Troil, Fulmars boréaux, Goélands Marins, Puffins des anglais, Mouettes tridactyles et une colonie de phoques gris : c’est l’abécédaire loufoque, l’univers fascinant, le sanctuaire incroyable de 27 espèces d’oiseaux nicheurs, soit plus de 25 000 couples !

Quoi faire ?

Débarquer sur l’île aux Moines, la seule qui l’autorise. Son nom de baptême n’est pas un hasard : des moines de la confrérie des Cordeliers de la Stricte Observance s’y sont installés au XIVe et XVIe siècle. L’île aux Moines serait la plus grande d’entre elles… Étendue sur plus de 9 hectares, l’île révèle un fort, construit en 1740 par Siméon Garengeau, disciple de Vauban, sous le règne de Louis XV, afin de lutter contre les contrebandiers, ainsi qu’un phare dont la construction remonte à 1834. Détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale, reconstruit en 1944, son rayon porte à 40 km par temps clair.

Le coup de coeur nature !

L’île Rouzic ! Surprenante avec sa pointe blanche qui s’explique par la densité exceptionnelle de l’unique colonie française de Fous de Bassan. Ici, plus de 20 000 couples d’oiseaux au plumage blanc et tête jaune virevoltent dans un ballet incessant de batte­ments d’ailes et dont l’envergure, de près de 2 mètres est impres­sionnante. Leur passe-temps favori ? Le plongeon en piqué de 30 mètres de hauteur !


Informations : www.sensation-bretagne.com


Aucun commentaire:

Publier un commentaire