jeudi 16 mars 2017

Prendre des chemins de traverse sur le Saint-Laurent et se laisser envoûter

À bord du navire marchand  Bella Desgagnés, vivre l’ambiance des ports anglophones, francophones et  innus le long de la Côte-Nord, de Rimouski aux confins  du Labrador. Entre Rivière-du-Loup et Baie-Comeau,  zigzaguer d’une rive à l’autre en traversier, se repaître de  points de vue uniques sur les paysages et les animaux  marins et mettre pied à terre pour découvrir les villages…


Embarquer à Montréal pour une croisière à destination des  Îles de la Madeleine et s’imprégner de l’insularité. Larguer  les amarres en liberté pour une boucle mythique autour du  Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Au Québec maritime,  l’abondance de trésors naturels enchanteurs permet de  s’approcher du bonheur...


LA BOUCLE BAS-SAINT-LAURENT – GASPÉSIE

Périple terrestre aux trois quarts côtier, la boucle Bas-Saint-Laurent – Gaspésie figurait en 2013 parmi les 50 destinations canadiennes indispensables, selon le National  Geographic. Ce circuit en totale liberté s’impose aux  voyageurs épris de mer, de vent du large et de paysages  contrastés, qui le parcourront en voiture, en camping car  ou à moto et se ménageront des haltes en pleine nature.

Le charme des villages traditionnels Kamouraska avec son architecture navale, ses ateliers artisanaux et ses boutiques, est l’un des villages les plus typiques du Québec. À une heure de là, par la route des Frontières (Route 289), une halte au bord du  lac de  Pohénégamook  est l’occasion de se détendre et d’observer les cerfs de Virginie. Quelques jours s’imposent aussi à Percé face au  majestueux rocher Percé, ainsi que dans la baie de  Gaspé.

Avec ses boutiques et ses galeries d’art, Percé appelle à la fl ânerie, tandis  que Gaspé, où Jacques Cartier débarqua en 1534, abrite d’intéressants  lieux d’interprétation et musées. Les deux villes sont réputées pour leurs  hébergements et leur restauration de qualité. Plus globalement, de village en  village, la mosaïque culturelle de la Gaspésie confronte les cultures anglaise,  acadienne, basque, irlandaise, jersiaise et amérindienne, toujours présentes.

Les points de départ pour des escapades d’exception Rivière-du-Loup est le point de départ idéal pour aller à la rencontre  des baleines dans  le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. On y embarque aussi pour une excursion dans les îles (île du Pot à l’Eau-de-Vie, île aux Lièvres), où l’observation de l’incroyable faune marine locale laisse un souvenir impérissable. Depuis  Rimouski, les amateurs de plein air, de mer, de montagne et de culture peuvent occuper plusieurs journées dans la forêt de maître Corbeau du Domaine Valga ou aucanyon des Portes de l’enfer. Sans oublier la vallée de la Matapédia, avec ses rivières à saumon, ses nombreux lacs, ses multiples églises, ses maisons ancestrales et ses ponts couverts.

Le centre de villégiatiure Pohénégamook Santé Plein Air propose hébergement, restauration et activités de pleine nature.  www.pohenegamook.com

La Pocatière ∞ Gaspé ∞ Kamouraska - Route 132 - 1 235 km

Les Croisières AML proprosent des excursions thématiques sur le Saint-Laurent, notamment pour observer les baleines. Départ de Rivière-du-Loup et Tadoussac.  www.croisieresaml.com

Duvetnor propose de visiter les îles sauvages du Saint-Laurent,  qu’elle contribue à conserver en les protégeant.  www.duvetnor.com

Les haltes dans des sites historiques

Le site historique maritime de la Pointe-au-Père est à moins de 15 minutes du centre-ville de  Rimouski. Il présente l’histoire de l’Empress of Ireland, dont le naufrage en 1914 fut la plus grande catastrophe maritime au Canada. Il abrite aussi le sous-marin l’Onondaga. Dans la baie des Chaleurs, une étape s’impose à Pointe-à-la-Croix, où s’est jouée la Bataille-de-la-Ristigouche, afin de revivre le dernier combat naval entre la France et la Grande-Bretagne pour la possession de la  Nouvelle-France, en 1760. Un arrêt s’impose aussi au  parc national de Miguasha, sur le site fossilifère de Nouvelle, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les étapes dans les parcs nationaux

Il faut séjourner dans le parc national du Bic pour admirer ses paysages découpés par la mer et pour  passer la nuit dans une tente Huttopia ou une yourte. Le parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé permet, lui, d’observer 200 000 oiseaux marinset plus de 100 000 fous de Bassan, la colonie la plus accessible au  monde. La nature, dans le parc national Forillon, est à couper le souffle. Les différents écosystèmes font la richesse du golfe et l’histoire des pêcheurs qui y ont vécu. Non loin de là, à Cap-des-Rosiers, se trouve  le plus haut phare du Canada. En repartant vers l’Ouest pour refermer la boucle, la route est des plus spectaculaires, encastrée entre mer et montagnes. De phare en phare, on gagne Sainte-Anne-des-Monts, porte d’entrée du parc national de la Gaspésie.

Le Géoparc de Percé…

Le Géoparc de Percé expose l’héritage géologique exceptionnel de la région par la mise en valeur de 23 géosites d’une rare  beauté et par le biais d’une production multimédia, le tout  agrémenté de nombreuses activités de loisirs, en toute saison.  Cette nouvelle infrastructure « récréotouristique » met en valeur  le Mont Sainte-Anne, le Mont Blanc et une partie du piémont, en se fondant harmonieusement dans son milieu. Site et paysages d’intérêt géologique  international sont gérés selon un concept global de protection de l’environnement,  d’éducation et de développement durable, en vue d’améliorer la prise de conscience  et la compréhension d’enjeux de société importants pour l’avenir de la planète. 

La  coopérative du Géoparc de Percé et la ville  de Percé, qui en ont la charge, misent sur  le déploiement d’activités de plein air et  de divertissement à l’attention d’une large  clientèle, des familles aux sportifs plus  téméraires.Parmi les nouvelles attractions, une  plateforme vitrée suspendue sera  inaugurée l’été prochain. www.geoparcdeperce.com

LA CÔTE NORD CÔTÉ MER

En traversier ou sur un navire marchand équipé  pour recevoir des passagers, vivre l’ambiance d’un  parcours côtier, faire halte dans chaque port, observer  la riche faune maritime et terrestre, échanger avec les  populations innue, francophone et anglophone, goûter  les produits du terroir : cet itinéraire rend la découverte  de la Côte-Nord exceptionnelle. En immersion à bord du Bella Desgagnés. Le voyage est une expérience, loin des croisières conventionnelles.

Quand le  Bella Desgagnés, navire marchand, appareille de Rimouski, ses passagers s’apprêtent à vivre une semaine dans le golfe  du Saint-Laurent aux côtés d’un équipage dont la mission est de desservir des villages dont la plupart ne sont accessibles que par avion ou par  bateau. Un périple en terres inexplorées jusqu’à l’embouchure du  détroit  de Belle-Isle, aux portes du Labrador, à plus d’un millier de kilomètres de leur point de départ. À chaque escale les attend une nature sauvage, intacte, et des communautés plus accueillantes les unes que les autres.

De La Minganie avec l’île d’Anticosti et ses cerfs de Virginie, des levers  de soleil aux aurores boréales, nuit et jour le panorama est à couper le souffle. Les escales dans la quinzaine de villages ne sont que des coups de cœur. Ainsi, les sites historiques de Sept-Îles et La Romaine, le très cinématographique village d’Harrington Harbour ou encore le site  patrimonial des Galets à  Natashquan.

La route des Baleines

Elle s’étire de Tadoussac à Blanc-Sablon. La route des Baleines, ce sont 13 espèces différentes – dont la baleine  bleue – présentes dans les eaux de  l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent.  Pour les observer, les excursions en mer  se font en bateau, en Zodiac et même  en kayak. Pour ceux qui n’ont pas le pied  marin, en plusieurs endroits elles sont visibles depuis le rivage. La Côte-Nord étant l’une des meilleures régions au monde pour l’observation  de ces mammifères marins, trois groupes de recherche de renommée  internationale y sont installés et certains d’entre eux proposent des  excursions en mer avec les chercheurs. L’aventure sur le Bella Desgagnés(avec ou sans excursion à terre)  est proposée par Voyages Coste, une coopérative de solidarité en tourisme équitable.  www.voyagescoste.ca

Un virage vert pour les traversiers

La Société des Traversiers du Québec (STQ) a amorcé en 2015 un « virage vert » avec le  F.-A.- Gauthier qui assure  la liaison entre Matane et Baie-Comeau  ou Godbout. Sa capacité d’accueil est  de 800 personnes et 180 véhicules. Ce  traversier est le tout premier d’Amérique  du Nord à être propulsé au GNL, du  gaz naturel liquéfi é qui permet de  réduire de 25 % les émissions de gaz  à effet de serre et d’éliminer la quasi-totalité des émissions de particules fines. Avec, en outre, un moteur qui  atténue les vibrations, ce traversier est  plus respectueux du milieu marin. Deux  autres traversiers propulsés au GNL seront prochainement construits. www.traversiers.com

CAP SUR LES ÎLES DE LA MADELEINE…

Le Québec maritime, ce sont des immensités qu’il  est impossible de découvrir en un seul voyage. Pour avoir un aperçu significatif de ces territoires, il existe néanmoins une solution : relier les Îles de la Madeleine en bateau. Remonter le Saint-Laurent jusqu’à l’extrémité  est de la péninsule donne un avant-goût des richesses  (naturelles, culturelles) qu’elle offre. Une fois sur place, chacune des îles dévoile ses secrets et son caractère.

Une croisière à bord du CTMA Vacancier

Deux types de croisières d’une semaine sont proposés (embarquement à Montréal avec ou sans véhicule), entre la mi-juin et la fin septembre 2017 : • croisière classique avec des haltes au long du parcours et sur  chacune des îles, des rencontres chaleureuses au cœur de paysages  enchanteurs, des spécialités culinaires locales et différentes activités • croisière thématique : gastronomie, musique country, culture acadienne, etc.

Un séjour en liberté

L’archipel étant parcouru par la Route 199 (environ 85 km), il est possible  de le découvrir en liberté et en étoile. L’acheminement jusqu’à destination  peut se faire via Cap-aux-Meules en traversier, au départ de Souris (Île du Prince-Édouard), ou en bateau, depuis Montréal, avec Croisières CTMA. Il est possible d’atterrir en avion à Havre-aux-Maisons, en provenance de
Gaspé, Québec et Montréal.

Montréal ∞ Cap aux Meules - 8 jours

Les Croisières CTMA proposent, durant la saison estivale, une croisière sur le Saint-Laurent vers le Îles de  la Madeleine, avec un équipage entièrement madelinot.  www.croisieresctma.ca

7 Îles habitées à découvrir

L’île du Cap aux Meules, avec son sentier littoral à parcourir à pied ou à vélo, ses  nombreux boutiques et restaurants, et ses falaises abruptes face au couchant. L’île d’Entrée, accessible par bateau ou par hélicoptère. À voir pour sa nature vierge et ses collines au sommet desquelles la vue à 360 degrés est exceptionnelle. L’île du Havre-Aubert qui possède la plus grande forêt de l’archipel, parfaite pour la randonnée pédestre et la découverte de la flore. L’île du Havre aux Maisons avec ses maisons colorées à l’architecture traditionnelle, sa marina, ses plages, ses grottes. L’île de la Pointe aux Loups, véritable oasis au milieu des dunes de sable, réputée pour ses plages et son petit port de pêche. La Grosse Île, avec sa communauté anglophone d’ascendance écossaise, d’où il est  possible de gagner en bateau l’île Brion et le rocher aux Oiseaux (non habités). L’île de la Grande Entrée, capitale québécoise du homard depuis 1994 et un lieu  de prédilection pour la découverte de grottes, la randonnée, le kayak et l’ornithologie.

Informations : www.quebecmaritime.ca

Aucun commentaire:

Publier un commentaire