mardi 14 juillet 2020

La laque de Wajima, ou quand l’artisanat invite à un voyage sensoriel


Cette tradition séculaire fait la fierté de la région d’Ishikawa et de ceux qui la perpétuent Parmi les nombreuses laques qui existent au Japon, la Wajima-nuri est l’une des rares à avoir été désignée « bien culturel immatériel »...


Il faut dire que cet artisanat hors du commun a de quoi subjuguer, tant les objets auquel il donne vie incarnent à la fois une infinie délicatesse et une incroyable résistance.

◘ Un voyage des sens qui commence… par un voyage à travers le temps et l’histoire « Les Japonais sont extrêmement habiles pour donner à un objet en laque l’apparence d’être fait en ivoire brillant », s’émerveillait le missionnaire jésuite portugais Joao Rodrigues au XVIe siècle. À l’époque, déjà, cet artisanat du bout du monde n’avait pourtant rien de nouveau : l’urushi, la laque japonaise, existe depuis plus de 9000 ans et le début de la période Jomon. Elle a été utilisée de plusieurs manières à travers l’histoire, appliquée sur des meubles, ornements, objets religieux mais aussi ustensiles de cuisine pour les protéger et les imperméabiliser. 

Le matériau offre en outre de nombreuses possibilités décoratives, ce qui lui vaut d’être apprivoisé, puis maitrisé, par les artisans de la région d’Ishikawa, notamment dans la ville de Wajima, où il inspire un savoir-faire unique et typiquement local, la Wajimanuri. S’il requiert une méticulosité sans pareil, cet art exigeant n’en est pas moins incroyablement durable : on en a retrouvé, à Wajima, des vestiges datant du XVe siècle et dont la solidité a permis de résister au temps. C’est à cette époque, à la suite de la restauration de Meiji et avec le déclin de Kyoto, Edo et Owari, que l’on situe l’essor de la production dans la région.

◘ Les sens au service de l’exigence : un processus qui compte jusqu’à 130 étapes Les procédés de fabrication de la Wajima-nuri respectent des gestes minutieux, dont l’enchaînement requiert une grande maîtrise technique. Tout commence par l’extraction de la sève, collectée entre juin et novembre à raison de 100 à 150 ml environ par arbre. La laque brute ainsi collectée fait l’objet d’une série d’opérations, le filtrage, l’homogénéisation puis la déshydratation, après quoi elle devient transparente et peut être teintée pour être travaillée, apposée sur des pièces en bois naturel où sont préalablement collés des tissus. Ces substrats sont ensuite laqués, dans des conditions de température et d’humidité extrêmement précises.

Wajima-nuri se distingue par une sous-couche obtenue par l’application de plusieurs couches de laque mélangées à de la terre de diatomées (composée de fossiles d’algues microscopiques) en poudre. Différentes techniques décoratives s’offrent alors aux artisans, à l’image de l’incrustation de coquille (raden) ou du maki-e, qui consiste à parsemer la pièce de poudre d’or. À chaque artisan son intervention, et elles sont nombreuses : au moins 75 étapes, qui valent à Wajima-nuri de résister à l’humidité, à la chaleur, aux moisissures… et donc aux effets du temps !

◘ La vue ou le sens de la contemplation, à l’honneur dans les musées dédiés à la laque La région d’Ishikawa abrite un musée incontournable et passionnant, pour qui s’intéresse à la laque locale ou souhaite en admirer la beauté. Le Musée d’Art de la laque d’Urushi à Wajima présente en effet de nombreuses œuvres en laque réalisées par des artisans locaux, mais aussi des pièces venues d’ailleurs au Japon ou de l’étranger. Sa visite offre une opportunité exceptionnelle de découvrir son application à une multitude d’objets, des ustensiles de cuisine – bols, assiettes, couverts, plateaux – aux objets sacrés, en passant par des pièces décoratives d’une grande élégance : coffrets, vases, lanternes…

Pratiqué depuis le XVe siècle, le style local est tout particulièrement apprécié pour son aspect raffiné, d’autant plus spectaculaire que les pièces de Wajima-nuri affichent une remarquable durabilité. Le musée permet en outre d’en savoir plus sur les procédés de fabrication, le contexte historique du développement de la laque, ou encore les différentes techniques décoratives qui permettent de créer plus que des objets uniques : de véritables œuvres d’art !

◘ Toucher l’objet des mains, du regard, des lèvres, chez les artisans et dans leur atelier La laque apporte aux objets qu’elle recouvre une finition unique. Résolument charnel, le contact avec la matière éveille alors des sensations uniques, que l’on pose les lèvres sur un verre à saké qui en épouse la forme, avant que ne frémissent les papilles, ou que l’on s’attarde sur sa douceur sous nos doigts. Pour vivre ces émotions sensorielles incomparables, rien ne vaut la rencontre avec les artisans qui perpétuent l’art de la laque Wajima-nuri, la visite de leurs ateliers et la déambulation dans leurs boutiques, parmi lesquelles celle de la famille Kirimoto, à Wajima

Pour ceux qui se sentent l’âme d’un artiste, l’expérience se prolonge à l’atelier de Kouta Mizushiri dans le centre historique de Wajima qui propose une initiation à la technique du Chinkin. On peut alors, pendant 60 minutes – sous la houlette de ses parents, Seiho, son père, maître de technique chinkin, Satomi, sa mère, maître de makie y expérimenter un savoir-faire qui n’existe nulle part ailleurs, et laisser libre cours à son esprit créatif… https://kiyo-sato.com/profile.html

◘ Le voyage continue, porté par des artistes inspirés et leur capacité à réinventer la laque Bien que millénaire, l’art de la laque n’en est pas moins atemporel et étonnamment évolutif. De jeunes artisans de la région d’Ishikawa le remettent au goût du jour, forts de leur conscience écologique et des enjeux environnementaux d’aujourd’hui. D’autres choisissent d’élargir le champ d’application de ce savoir-faire ancestral, dont l’usage ne se limite plus aux ustensiles, accessoires religieux et autres pièces décoratives. 

Ainsi Kouta Mizushiri a-t-il imaginé un vélo en laque, dont il partage la finesse des détails à travers des photos en forme d’œuvres d’art. Il est né dans une famille d’artisans qui perpétue le travail de la laque depuis 150 ans. Pour la création de ce vélo sur mesure, Kouta Mizushiri a utilisé la technique décorative Chinkin, qui consiste à remplir de poudre ou de feuille d’or des motifs qui ont été gravés sur la surface laquée. Dans le même esprit, il a aussi produit une canne à pêche en laque sur mesure. Mais il n’est pas le seul à laisser parler son imagination… Un autre projet par la maison Shioyasu a abouti à la création d’enceintes en laque. Et si la laque n’avait pas encore livré toutes ses possibilités artistiques ?

Durable, elle est le fruit d’hier et la graine qui germera demain, pour donner naissance à des œuvres encore insoupçonnées, traversant le temps, les époques et les âges. Parce que le voyage artistique, lui, ne s’arrête jamais… Vélo en laque : https://kiyo-sato.com/roadbike/




Aucun commentaire:

Publier un commentaire