vendredi 31 août 2018

L’été au bout du monde sur la Route des phares !


A la pointe Nord du Finistère, tout au bout du continent européen, les échos du monde sont  amplifiés, les idées foisonnent et les énergies sont nourries à la force du vent et au rythme des marées...


C’est ici, que se trouve l’un des plus grands chapelets de phares au monde, à la fois porte-voix  et sentinelles éclairées pour protéger les navires et indiquer aux marins les passes et les ports. Véritables messagers de lumière dans les nuits noires et les tempêtes, ils font  l’objet d’une curiosité passionnée. Ils exaltent au-delà des paysages, le caractère  trempé des gens de la mer. Chacun se raconte comme autant de vagues d’émotions ! 

Envies d’aventures, de soleil couchant sur l’horizon, de saveurs iodées et d’histoires  à raconter, une vingtaine de phares, dont quatre se visitent, certains classés  Monuments historiques, sont à découvrir au fil de la mythique Route des Phares.

Prouesses architecturales, entêtement dans la lutte de cette mer périlleuse,  incroyables récits de ses gardiens à la vie bien singulière, décodage du langage lumineux, face-à-face avec ses sentinelles de pierre qui ne comptent plus les vies  sauvées, ils sont tous fièrement dressés dans des environnements majestueux !

Dominant l’Aber Wrac’h, ne manquez pas le phare de l’ île Vierge, le plus haut du monde en pierre de taille, un colosse impressionnant de 82,5 m qui permet de monter au ciel en  franchissant, entre des murs couverts d’opaline bleu-azur, ses 365 marches. Grandiose ! A Ouessant, le phare du Créac’h avec ses 59 km de portée lumineuse, est l’un des plus puissants au monde. Il est ainsi le premier à accueillir les marins en Bretagne ! C’est tout naturel que le charmant musée des Phares et Balises qui retrace l’évolution technique de la signalisation depuis l’Antiquité, y ait trouvé refuge ! Un bout du monde que l’on peut rejoindre à pied par le sentier douanier.

Au Nord de l’ île, le phare du Stiff datant de 1700, est le plus ancien toujours en activité. 104 marches pour un panorama inoubliable ! Enfin, revenons sur le continent où une autre sentinelle se dresse et veille sur le  promontoire de Saint-Mathieu face à la mer d’Iroise où phare, abbaye et sémaphore  se côtoient. Construit en 1835, le phare prit le relais à l’abbaye du XIème siècle, qui  entretenait un feu en haut d’une tour pour signaler l’entrée dans le goulet de Brest.

Une journée en mer pour vivre l’ inaccessible !

Pour découvrir tous les phares de la mer d’Iroise, embarquez pour une journée en mer  à bord d’un semi-rigide, au départ du Conquet.  On navigue dans des paysages marins mythiques. Six  phares en mer, ceux que les marins nommaient les  « enfers » comme Le Four ou La Jument mais aussi les phares atypiques comme Nividic ou celui des  Pierres Noires. Escale pique-nique à l’ île de Molène  et goûter sur l’ île de Sein ! Magique, on vous dit ! 140 € par personne  - www.archipelexcursions.com

Pour vivre une expérience connectée en famille ou  en tribu, Brest terres océanes a créé un carnet de voyage qui grâce à l’appli «Sur la route des phares»  à télécharger sur App Store et Google Play, permet  de faire ce voyage en réalité augmentée (gratuit).

Informations : www.brest-terres-oceanes

Aucun commentaire:

Publier un commentaire