jeudi 17 décembre 2015

Le Val d’Arly, une identité montagnarde préservée

Inscrit dans un paysage typiquement savoyard, le Val d’Arly cultive son identité montagnarde préservée et ses spécialités locales…


Au cœur de trois AOP fromagères Beaufort, Chevrotin et Reblochon, les 4 stations-villages aiment partager leurs savoir-faire avec les visiteurs et dévoilent une belle diversité de tables et adresses gourmandes à tester.

L’INSOLITE ! Gastro vue sur l’étable

La Ferme de Victorine - Notre Dame de Bellecombe Nombreux sont les restaurants dont l’agencement est fait tel que les visiteurs puissent avoir un œil sur les cuisines. A la Ferme de Victorine, c’est vue sur les vaches de l’étable que l’on dîne ! Pendant ce temps, le chef de cuisine Denis Vinet, nous mijote de bons petits plats. Poêlée d’escargots de Bourgogne gratinée au Beaufort ou gibier du jour cuisiné aux légumes d’antan agitent les papilles des visiteurs qui profitent de l’ambiance unique de ce lieu chargé d’histoire. Le Must à tester ? Le menu « Promenade gourmande à la ferme ». La Ferme de Victorine - Tél. 04 79 31 63 46 - www.la-ferme-de victorine.com - Menu à partir de 24€.

LA SECRETE ! 100% maison

La Ferme de Champange - Flumet De la menuiserie à la restauration, il n’y a qu’un pas et Gilles Canova, le maître des lieux, transporte les visiteurs dans un univers hors normes. Dans ce chalet de 1896, pas de fondues ou de tartiflettes, mais des farcements, des attriaux et de la soupe à la chèvre fumée. A 2 km de Flumet, au dessus du village, la ferme de Champange propose une cuisine généreuse, mijotée sur un fourneau à bois. Les randonneurs et skieurs seront reçus autour du poêle central et auront l’opportunité de déguster un repas 100% maison, de l’apéritif au digestif. La Ferme de Champange - Tél. 04 79 31 64 95 - www.chalet-restaurantmontagne.com - Menu à partir de 21€.

LE PORTAIT ! Jean-Christophe Grosset

Dernier producteur artisanal de Charcuteries fumées - Flumet Dans sa boutique au cœur de Flumet, Jean Christophe Grosset cultive encore la tradition ancestrale de la charcuterie fumée. Comme son père et son grand-père avant lui, la boucherie charcuterie Grosset est la dernière institution à fumer elle-même ses salaisons. 

Le secret ? Il faut en moyenne 12 mois qu’un jambon soit à point et plus d’un mois pour un saucisson. Le résultat : des produits à la saveur incomparable qui séduisent chaque hiver de nombreux vacanciers pour leurs pique-niques en bord de pistes ou en souvenirs pour adoucir le retour à la vie quotidienne. Saveurs des Alpes - Tél. 04 79 31 60 93 - www.saveursdesalpes.fr



Aucun commentaire:

Publier un commentaire