vendredi 18 décembre 2015

Jean-Philippe Nuel signe l’atmosphère de Cures Marines de Trouville

Dans la tradition des palaces du début du siècle dernier, les Cures Marines renaissent par la magie d’une restauration-création couvée des yeux par les Monuments Historiques et l’expertise des griffes MGallery et Thalassa sea & spa du groupe Accor…


Comme si la mode des villégiatures maritimes, insufflée par l’aristocratie française ou anglaise, sonnait l’heure du grand retour. Face à la mer, le bâtiment créé en 1903 a retrouvé sa superbe pour offrir, à seulement deux heures en train de Paris, la quiétude et la sérénité d’une pause hors du temps. 

Jean-Philippe Nuel et l’atmosphère un peu surannée…

À l’écoute de l’âme des bâtiments anciens qu’il ressuscite, l’architecte d’intérieur – designer Jean-Philippe Nuel a choisi comme fil rouge, l’atmosphère un peu surannée des premières villégiatures balnéaires. Amoureux des lieux qui ont une histoire, il a su dernièrement faire renaître un fleuron de l’Art déco, la piscine Molitor (MGallery) à Paris... des héritages du passé qui deviennent sous sa patte les patrimoines de demain.

Comme autrefois, l’hôtel est logé dans l’aile droite du casino situé au cœur de Trouville-sur-Mer, éternelle source d’inspiration. Pour son histoire, son identité culturelle et son authenticité. Pour ses couleurs aussi. Dès l’entrée dans l’établissement, les gris naturels, les beiges, les tons de sable, les bleus gris ou acier enveloppent le regard dans une douceur ouatée qui invite à la sérénité et au bien-être.

Une atmosphère fluide et lumineuse qui rappelle celle des palaces d’antan. Mais comme on est au XXIème siècle, c’est juste une évocation qui ne renie en rien la modernité du lieu. Rideaux blancs dotés d’une légère rayure tennis, cabriolets cages gris perle pour créer des alcôves intimes, petites touches d’or pour les petites tables et pour la réception, tapis dessinés selon les codes balnéaires, fauteuils Louis XVI et lustres grandiloquents réalisés en fil de fer pour le clin d’œil, miroirs dans les rosaces du plafond pour refléter la lumière des luminaires… « Pour montrer que le lieu a bougé » insiste Jean-Philippe Nuel.

Atmosphère cosy…

Le bar a l’allure d’une salle de bal majestueuse. Il est relié au restaurant par un imposant escalier depuis lequel on admire l’architecture de la pièce, ses moulures, ses briques apparentes… La cuisine, orchestrée par David Drans, sera inspirée par la mer. Ce chef talentueux, qui a passé cinq ans auprès d’Alain Ducasse, a à cœur de travailler avec des producteurs locaux.

La grande terrasse en bois exotique, ponctuée de plantes offre une vue imprenable sur la mer. L’atmosphère du restaurant est plus intimiste dans une gamme chromatique plus sombre, une grande fresque associe moulures et photos d’époque se déploient sur le plafond et sur un mur. Les 103 chambres, dont 6 suites sont décorées par des fresques recomposées à partir des décors retrouvés sur le site et positionnées au-dessus des lits, des lustres en nacre rappellent les années 70, les camaïeux de blanc et gris sont soulignés par le bleu, et font écho à l’environnement marin. Les matières précieuses de laine, lin glacé, mat et satin habillent les fenêtres, petits canapés et fauteuils. Les rideaux se déploient entièrement autour de la prière pour créer un cocon précieux, à l’abri du bruit dans une acoustique intimiste. La sobriété et l’élégance au service des hôtes qui s’approprieront entièrement le lieu le temps d’un séjour.

Un hôtel tourné vers la mer…

Inspiré des premiers bains de mer de Trouville, l’institut des Cures Marines renoue avec le plaisir, les moments précieux de détente, le désir de mieux être. Les espaces thalasso & spa, conçus sur deux étages, renaissent sous le signe de la sérénité. La présence de rayures, ici et là, rappelle inévitablement celles des cabines de plage des années 1920. Les espaces de vie conjuguent passé et présent. Leur design suggère les différentes époques qu’a traversé le bâtiment. La réinterprétation contemporaine de l’architecture classique crée une douce intemporalité. 

Le présent tutoie le passé avec poésie et légèreté : photos anciennes des premiers bains, mots superposés sur les murs et rayures graphiques bleu marine. Les deux bassins, entièrement habillés de rayures bayadère géantes, émergent comme posés au sommet de colonnes d’antiques thermes monumentaux.

Tel un cocon luxueux baigné d’eau et de lumière chaleureuse, l’institut des Cures Marines de Trouville invite à se déconnecter le temps d’une escale balnéaire chic ou d’un véritable retour aux sources de soi.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire