mardi 5 septembre 2017

A lire : « La Maison de Petitchet »

Deux soeurs, Alma et Jessica - rivales mais inséparables, éprises de vérité mais capables de tous les mensonges - sont unies au point d’aimer le même homme, Jacques, et peut-être même, d’accepter de le partager…


Autour du trio, il y a la famille de Jacques, conventionnelle et respectueuse des traditions, qui pratique le religieusement correct.  Il y a surtout la famille exubérante et peu conventionnelle d'Alma et Jessica qui a mis l’amour au centre de ses préoccupations : la grand-mère compréhensive, complice de tous les drames, qui attend dans les bras d’un autre le retour de son mari parti avec la bonne ; les parents qui s'aiment d'un amour simple et véritable ; la tante qui dépérit auprès de son mari et rêve d’une autre vie. 

D’été en été dans la maison familiale, on rit, on pleure, on chante, on crie, on se jette tout à la figure, objets, insultes, « csardas », les remords valant mieux que les regrets. La maison, toujours en évolution, joue son rôle de refuge ; tout devrait s’y passer à huis clos, pourtant, les protagonistes se roulent, au grand jour, dans la fange et l’herbe coupée.

Les retrouvailles, chaque été, dans la maison familiale sont un rituel ; loin de fuir le quotidien et ses habitudes, chacun, à sa façon, aime que tout recommence. Et qu’importent les tensions, les séparations, les dissensions, les rivalités, puisque les liens familiaux sont étroits et indestructibles. Un roman plein de vie, d'optimisme lucide. Un certain regard porté sur la vie !

Ed. Glyphe -Roman - Parution : 30 Septembre 2017 - Prix : 16 € - Format : 140 x 205 - 220 pages  - ISBN : 978-2-35815-224-2

A propos d'Evelyne Dress…

Evelyne Dress est actrice : Et la Tendresse ? Bordel !, réalisatrice : Pas d’Amour sans Amour, écrivain : Pas d’Amour sans Amour, Les Tournesols de Jérusalem, Le Rendez-vous de Rangoon, Les Chemins de Garwolin. « Lorsque j’eus l’idée d’écrire « La Maison de Petichet » sur l’amour, la passion, les couples, la famille et sur les fêtes qui s’y rattachent, sur le temps qui passe, sur l’importance d’une maison pour entretenir les liens familiaux et sur la rivalité entre deux soeurs, je me suis inspirée de mes souvenirs. Comme Alma, ma grand-mère hongroise avait une maison à Petichet, un hameau à 30 km de Grenoble. Nous nous y retrouvions chaque été pour des vacances en famille. J’étais toute petite et amoureuse du jeune homme du bout du chemin… L'autobiographie s'arrête là. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire