mardi 12 janvier 2021

Hôtel du Sentier, le confort d’un appartement parisien

 

La nouvelle adresse confidentielle parisienne, que l’on donne à ses amis pour qu’ils se sentent comme à la maison, quand ils ne sont pas à la maison : l’Hôtel du Sentier, l’hôtel du quartier…


Construit en 1798, le passage du Caire est le plus ancien passage couvert de la Capitale, connu pour être le plus long (370m) et le plus étroit de Paris (2m60). Avec son histoire, sa verrière zénithale, ses trois ailes et ses six entrées sur rue, il évoque un doux voyage en Égypte.

A travers un passage…

Érigé en mémoire de la campagne victorieuse de Napoléon en Égypte, il symbolise le début de l’égyptomanie qui s’empare alors de la France. En témoignent les trois statues à l’effigie de la déesse Hathor (reconnaissable à ses oreilles de vache) et les bas-reliefs sur la façade de l’entrée du 2, place du Caire – classée aux Monuments Historiques. À deux pas de la Cour des Miracles, ce passage parisien s’est immédiatement spécialisé, d’abord dans l’imprimerie et la lithographie (jusqu’à la fin du Second Empire), puis dans la confection - qui est encore son cœur d’activité aujourd’hui. D’ailleurs, qui n’a pas assisté au ballet des diables chargés d’étoffes le matin, ne connaît pas vraiment le Passage du Caire.

Comme souvent les passages, celui du Caire se fait l’écho de l’évolution du quartier. Et, s’il accueille aujourd’hui en son sein un hôtel, un lieu de vie, c’est que ce petit morceau du Sentier, cette petite Égypte – dont les ”affluents” sont les rues du Nil, d’Alexandrie et d’Aboukir - a bien changé et continue encore à évoluer. Bien sûr, la mode est toujours là, mais désormais ce sont beaucoup de start-ups et d’espaces de coworking qui ont pris le relais, rebaptisant même le coin le « Silicon Sentier ». Sans oublier l’attrait foodie de la rue du Nil et des multiples bars à cocktails alentour. La place du Caire a tout pour devenir le nouveau repaire des gens du quartier. La nouvelle « place du village » où l’on a plaisir à se retrouver et à échanger. 


Un lien entre hier et aujourd’hui…

Pour construire un hôtel à l’intérieur de ce passage « tarabiscoté » et classé, il fallait un architecte qui n’ait pas peur du challenge, qui ait une vision et qui sache faire passer l’identité du lieu avant sa signature de créateur. Tout naturellement, le choix s’est porté sur Vincent Bastie (Artefak), un homme aussi discret que talentueux, qui « aime les projets iconoclastes ».

Pour l’Hôtel du Sentier, la seule direction qui lui a été donnée est celle de recréer le confort d’un appartement parisien, sans aucun autre parti-pris que celui de restituer la chaleur et la convivialité du foyer. L’architecte reconnaît que la tâche n’a pas été des plus aisées, car si l’immeuble abritait déjà des habitations, il fallait réellement « le remettre debout et redonner une cohérence dans la distribution ». Pour autant, il découvre aussi une jolie lumière naturelle, des fenêtres uniques avec leurs huisseries et rêve même aujourd’hui de rénover tout le passage !

Selon Vincent Bastie : « dans ce genre de projet, le plus important c’est la nature de l’échange avec les propriétaires. C’est ce qui fait la différence et la qualité du résultat ». En l’occurrence, il salue un « très beau partenariat » ainsi que la créativité et les convictions de Charlotte et Samuel Castro (les propriétaires), qui ont su donner naissance à un lieu « très élégant et intemporel ».Pari réussi, donc. L’Hôtel du Sentier, après plus de 18 mois de travaux, donne la sensation fort appréciable d’avoir toujours été prêt à vous accueillir.

Chambres avec vue et avec vie…

L’hôtel compte 30 chambres avec 5 chambres par niveau, sur 6 niveaux. Et pas moins de 76 fenêtres, toutes plus incroyables les unes que les autres - avec une mention spéciale pour celles en forme de « trèfle », refaites à l’identique sur le modèle originel de 1826. Une rareté et un vrai cachet. Toutes les chambres sont lumineuses, ouvertes sur la ville, mais au calme, technologiques sans être gadget pour autant. Une somme de paradoxes harmonieux qui en font des cocons atypiques et charmants.

À noter également, des chambres communicantes, une chambre à double douche (!) ou encore deux chambres duplex avec terrasses tropéziennes et vue sur les toits de Paris. Là aussi, aucun parti pris, si ce n’est celui d’être chaleureux et accueillant. Tout a été choisi avec soin avec une véritable attention portée au détail et à la qualité des matériaux (chêne massif, interrupteurs en porcelaine noire, marbre dans la salle de bains, parquet clair), des clins d’œil et des petites originalités. Le crédo de Charlotte pourrait se résumer ainsi : « pas de déco, des matériaux ! ».

Informations : Hôtel du Sentier 2, place du Caire75002 Paris, tél. 01 86 54 12 12- www.hoteldusentier.com


Aucun commentaire:

Publier un commentaire