vendredi 4 décembre 2020

Nager avec les requins-baleines à Sainte-Hélène

 

C'est la plus grande espèce de poisson connue et ses représentants peuvent vivre plus de 70 ans...

Avec leur robe gris clair parsemée de taches blanches, dont la répartition peut être utilisée pour identifier les individus, les requins-baleines fascinent. Les lieux où l’on peut observer leur rassemblement sont rares et Sainte-Hélène compte parmi eux.  

Chaque année, la petite île attire l’un des rassemblements de requins-baleines les plus extraordinaires au monde. De décembre à avril, et à son apogée pendant les mois d'été austral de janvier et février, ces magnifiques géants des mers convergent en suivant le courant de Benguela pour arriver à ce refuge isolé au cœur de l’Atlantique sud qu’est l’île de Sainte-Hélène. Depuis plusieurs années, ces rassemblements ont déjà attiré de nombreux chercheurs et scientifiques du monde entier pour tenter de percer les secrets de cette espèce méconnue.

La Marine Conservation Section du Gouvernement de Sainte-Hélène en collaboration avec l’Aquarium de Georgie aux Etats-Unis, le Saint Helena National Trust et la Blue Marine Foundation ont en effet depuis plusieurs années travaillé à données photographique de requins baleines vérifier les taux de repérage et en déduire la fidélité du site pour la population observée. Pourquoi le rassemblement de Sainte-Hélène est-il unique ? Car c’est l’un des seuls endroits au monde où l’on peut y observer autant de mâles que de femelles. Par ailleurs, Sainte-Hélène pourrait en effet être un lieu d'accouplement clé pour cette espèce en voie de disparition et les scientifiques y cherchent la pièce manquante du puzzle dans leur cycle de reproduction.

De nature généralement docile, ces gentils géants (plus de 8 mètres de long) se montrent souvent très curieux des apnéistes autorisés à plonger à proximité. Des règles bien spécifiques sont édictées pour limiter l’impact de l’homme sur ces animaux protégés (distance, temps de plongée, nombre de plongeurs)  mais pour les apnéistes et amoureux de ces animaux, l’expérience d’une plongée à leur côté reste à jamais gravée dans leur mémoire.

Alexandra Childs, biologiste marine et scénariste, et Rémi Demarthon, réalisateur et cadreur sous-marin (Fathom Pictures) se sont rendus en début d’année à Sainte-Hélène pour la réalisation d’un documentaire dédié à la faune et la flore unique de l’île et à la préservation de ce patrimoine naturel exceptionnel.

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire