mercredi 1 avril 2020

10 raisons pour choisir l’île de La Palma – Canaries


Au large de l’Espagne, côté Atlantique, La Palma bénéficie d’atouts naturels qui font d’elle la plus jolie des îles de l’archipel des Canaries...


En plus d’un climat subtropical très doux, La Palma est classée au patrimoine naturel de l'Unesco pour son exceptionnelle biosphère. Parcs nationaux, pureté du ciel, piscines naturelles, forêts luxuriantes, sommets culminants, petites villes au charme colonial…

Tous les atouts sont là. Inventaire sélectif de 10 sites incontournables, incontestables, irrésistibles. Le monumental Parc national de la Caldera de Taburiente est un paysage sauvage, escarpé, avec de forts dénivelés, entrelacé de cours d’eau, de ruisseaux, de cascades, et zébré de sentiers de randonnées. On y trouve les plus hauts sommets de l’île dont plusieurs culminent à plus de 2000m avec des vues imprenables sur la mer.

Un si grand territoire possède bien-sûr une flore et une faune endémiques. Dans le Parc national de la Caldera de Taburiente, El Roque de los Muchachos qui culmine à 2 396m au-dessus du niveau de la mer est considéré comme un des meilleurs endroits sur terre pour observer la voûte céleste. Pour prévenir une pollution lumineuse excessive, l’île est protégée par une loi “céleste” qui limite l’éclairage de nuit et l’inscrit comme l’une des premières “réserves d’étoiles” dans le monde. Belvédère extraordinaire pour admirer les étoiles, un observatoire scientifique surplombe une mer de nuages et ouvre à certaines périodes de l’année, ses portes aux visiteurs.

Fondée en 1493 sur la côte Est de La Palma, la ville Santa Cruz de la Palma fut d’abord un port commercial vers les Amériques. Cible des pirates, elle fut reconstruite et protégée par d’impressionnantes fortifications. Aujourd’hui, Santa Cruz réputée pour son architecture au charme colonial, se laisse découvrir via ses ruelles, ses anciennes maisons, ses places et son port. Cette ville marine, dispose de plusieurs musées dont un qui expose une reproduction grandeur nature du vaisseau de Christophe Colomb – le Santa Maria.

A l’extrémité sud de l’île, le phare de Fuencaliente, le plus ancien des quatre phares de l’île offre du haut de ses 24m, une vue époustouflante. A toute proximité, les salines forment un impressionnant paysage quadrillé. Au nord de La Palma, sur la côte de San Andrés y Sauces, Charco Azul est une piscine naturelle aux eaux turquoise protégée des vagues de l’océan. Des travaux d’aménagement ont été effectués : un petit bassin s’est doté d’un fond lisse pour la sécurité des enfants, escaliers avec balustrades, solarium, douches, vestiaire. Ailleurs, à Barlovento, La Fajana rassemble trois piscines naturelles. Crédit photo : Van Marty Office du Tourisme de La Palma Sur la côte Est de l’île, la plage volcanique Playa de los Cancajos permet d’admirer la puissance de l’océan Atlantique. Si l’eau est plutôt fraîche, le paysage est exceptionnel et les restaurants marins qui l’entourent ravivent les papilles. La forêt de Los Tilos est une forêt profonde aux allures de jungle, fascinante et mystérieuse, peuplée d’arbres séculaires.

La biodiversité de cette forêt primitive lui a valu d’être reconnue Réserve de la Biosphère de l’UNESCO dès 1983. Dans le sud de l'île, se trouvent les salines de La Palma - classées Site d'Intérêt Scientifique Ornithologique où se posent de nombreux oiseaux migrateurs. Sur cette terre des salines de Fuencaliente, d’où est produit la fleur de sel, les contrastes entre le blanc du sel, le noir de la terre volcanique et le bleu de la mer composent une palette de couleurs naturelles comme un tableau.

Les bananeraies sont typiques des paysages ruraux en plateaux de l’île de La Palma, qui en exporte des quantités colossales vers l’Espagne. Consommées en fruits, elles le sont aussi dans les plats salés ou servent à la fabrication d’une liqueur locale.

Sur la côte ouest, le joli village Tazacorte accueille un musée dédié à la banane. Au centre du village, le quartier d’El Charco mérite la visite pour ses nobles maisons des 16ème et 17ème siècle. En avril 2019, le Conseil des îles de La Palma a ouvert au public le Centre d'Interprétation des Cavités Volcaniques Caños de Fuego.

Aujourd’hui, sur la lave pétrifiée, le site donne l’occasion de découvrir les entrailles de la Terre et les trésors qui s’y cachent tels le tunnel souterrain Cueva de las Palomas. Avec 582 m² sur deux niveaux, le Centre d'Interprétation est parfaitement intégré. Le premier étage comprend une réception, un espace d'exposition, un magasin et une cafétéria avec vue. L'étage inférieur compte un accès à la grotte Cueva del Vidrio, un espace d'exposition et une salle de projection.

Pour s’envoler à La Palma depuis Paris : Iberia Express, escale à Madrid, Vueling, escale à Barcelone, Binter Canarias, escale à Tenerife Sud ou Gran Canaria & Canaryfly (depuis Tenerife Nord).

Informations : www.visitlapalma.es/en


Aucun commentaire:

Publier un commentaire