mardi 6 décembre 2016

Au plus près de la faune sauvage en Côte-Nord

La Côte-Nord, au Québec maritime, abrite quantité d’espèces animales. Le voyageur en quête de sensations est invité à explorer  une nature  sauvage et généreuse...


Ours noir, béluga, rorqual, phoque, orignal, cerf de virginie, caribou, castor, faucon, macareux moine, petit pingouin, grand héron… leurs noms évoquent immédiatement les grands espaces. avec de nombreuses espèces de mammifères et d’oiseaux, la Côte-Nord s’affiche comme l’un des plus importants repaires pour la faune sauvage du Québec maritime. à l’occasion d’une excursion – le plus souvent encadrée – le voyageur fera quelques rencontres aussi insolites que magiques, que ce soit dans les parcs qui bordent le saint-Laurent ou en s’enfonçant dans les immenses territoires de la région. 

Les parcs et les espaces pédagogiques...

Pour une découverte dans les meilleures condi- tions d’observation et de sécurité, les parcs  et les centres d’interprétation de la Côte-Nord sont des destinations idéales, notamment en famille.

De mai à octobre

Les baleines du parc marin du Saguenay – Saint-Laurent et le Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM), à Tadoussac

Créé pour protéger un écosystème d’une extraor- dinaire richesse, le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent est l’un des meilleurs endroits au monde pour observer les baleines. une halte au CIMM s’impose aussi pour explorer l’univers de ces étonnants mammifères (vidéos, jeux, collection de squelettes) au contact de spécialistes  passionnés. www.parcmarin.qc.ca - www.baleinesendirect.org

De juin à octobre

Les baleines, les grands oiseaux et les rapaces du parc national du Fjord-du-Saguenay, entre Rivière-Éternité, Sacré-Cœur et Tadoussac. L’été, bélugas et rorquals se montrent dans la baie de Tadoussac et la baie Sainte-Marguerite. à l’embouchure de la rivière sainte-Marguerite, tôt le matin, une myriade d’oiseaux forestiers et aqua- tiques sont visibles, notamment le faucon pèlerin. avec un peu de chance, le castor, le porc-épic et la gélinotte peuvent compléter le tableau. à l’au- tomne, ce sont les oiseaux migrateurs qui s’offrent en spectacle. L’Observatoire d’oiseaux de Ta- doussac (OOT) en recense chaque année autour de 300 000, dont environ 15 000 rapaces. www.sepaq.com/pq/sag/ - www.explosnature.ca/oot

De juin à août

Les cerfs, les phoques, les saumons et le pygar- gue à tête blanche du parc national d’Anticosti située à l’entrée du golfe du Saint-Laurent, l’île d’anticosti abrite quantité d’animaux qui   évoluent entre falaises, canyons, chutes et grottes. parmi eux, les 160 000 cerfs de virginie, les saumons de l’atlantique et les phoques. L’île d’anticosti est également l’un des sites de reproduction les plus importants pour le pygargue à tête blanche. www.sepaq.com/pq/pan/

De juin à septembre

Les oiseaux de la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, depuis Havre-Saint- Pierre ou Longue-Pointe-de-Mingan. La réserve de parc national de l’archipel-de-Mingan compte plus d’un millier d’îles et d’îlots. Quelque 200 espèces d’oiseaux y ont élu domicile, dont le macareux moine. Depuis le rivage, il est également facile d’observer phoques, dauphins à flancs blancs et baleines. www.parcscanada.gc.ca/mingan

De juin à mi-septembre

Les baleines, les dauphins, les petits pingouins et les oiseaux marins de l’archipel des Sept Îles L’archipel  des  sept  Îles  est  l’un  des  meilleurs endroits  au  monde  pour  observer  et suivre les baleines et les oiseaux. à titre d’exemple, l’île Corossol est un sanctuaire protégé d’oiseaux marins (excursions en bateau à proximité) ; l’île grande basque propose des activités d’interprétation avec un guide naturaliste ; l’île petite basque est un site exceptionnel pour la plongée sous-marine. www.tourismeseptiles.ca

Suivre les guides...

Patrice Corbeil, directeur du Centre d’interprétation des mammifères marins (CIMM) à Tadoussac

Quelles baleines peut-on observer du côté de Tadoussac ?

Entre Tadoussac, Les bergeronnes et Les escoumins, nous avons ici un exceptionnel échantillon (si je puis dire) de ce que la planète compte comme mammifères marins de la classe des baleines. Le visiteur aura la chance d’approcher le petit rorqual (qui n’a de « petit » que le nom, parce qu’il mesure tout de même 10 mètres pour un poids de 10 tonnes !), le rorqual à bosse, le rorqual commun et le marsouin commun.

Quid du béluga et du rorqual bleu ?

Le  béluga  du  saint-laurent  et  le  rorqual  bleu,  qui  sont  hélas  en  voie  de disparition, seront plus difficilement observables. De plus, malgré sa grosseur, le rorqual bleu se fait discret. Toutefois, on croise régulièrement des baleines blanches, à distance.

Un conseil avant de partir faire cette excursion ?

Prévoir du temps ! Les baleines ne sont pas dans un zoo. plus le visiteur s’attardera près de leur habitat, plus d’espèces et de comportements  spéciaux il observera. et attention : l’observation des baleines est addictive !

Denis Cardinal directeur du Parc Nature de Pointe aux-Outardes

Pourquoi une telle richesse ornithologique à pointe-aux-Outardes ?

Le patrimoine ornithologique du site  est unique  par  la  biodiversité  qu’il  recèle.  s’y  succèdent  huit  écosystèmes distincts, de la forêt boréale jusqu’aux battures et aux plages, incluant tourbière, dunes de sable ou aulnaie, ainsi que le plus vaste marais salé de la Côte-Nord. en outre, le parc Nature est situé sur la route des migrateurs, à l’extrémité ouest de la péninsule Manicouagan, ce qui favorise la présence de plus 255 espèces d’oiseaux, principalement observables en période de migration  printanière  et automnale.

Tourisme et préservation des espèces peuvent-ils cohabiter sans problème ?

Les activités touristiques offertes au parc Nature et le développement des services et des infrastructures tiennent compte de la fragilité des ecosystems et du statut précaire de plusieurs espèces fauniques et floristiques. Notre    mission    est    d’assurer la protection du site et d’en favoriser la mise en valeur de façon durable. Le parc Nature est un centre d’interprétation à vocation écologique, éducative, récréotouristique, culturelle et scientifique pour les résidents du milieu et les visiteurs de tous âges.

Nicolas Moreau, directeur des Pourvoiries à Essipit

Pourquoi s’intéresser aux ours noirs ?

L’ours noir, avec sa merveilleuse fourrure dense et épaisse qui lui permet de traverser nos hivers rigoureux, est présent en nombre au Québec. Toutefois, il reste méconnu des Québécois qui lui accolent souvent une image négative, alors que cet animal opportuniste tente juste de s’adapter aux changements de son territoire et de la température. il saisit aussi les occasions de se nourrir sans avoir à chasser. Les nombreux chemins forestiers lui permettent de profiter d’une abondance de fruitage dans différents secteurs. Lorsque l’on comprend les ours noirs, on ne peut qu’admirer leur agilité et leur sens de la survie très développé.

Comment est née et s’est structurée l’activité d’observation des ours noirs à essipit ?

Mes études en technique d’aménagement cynégétique et halieutique m’ayant permis de connaître tout ce qui se rattache de près ou de loin à l’ours noir, il y a six ans, à mon arrivée à la tête des pourvoiries à essipit, j’ai participé à la création de la cabane d’observation, du terrain de jeux des ours, et j’ai été à l’origine des premières visites guidées à la pourvoirie des lacs à Jimmy. J’ai aussi participé à la conception du guide permettant le bon déroulement de l’activité.

Dans quelles conditions peut-on approcher les ours noirs ?


Dans nos installations, qui se trouvent en plein territoire innu, les ours sont dans leur habitat naturel. Cependant, ils sont habitués à être nourris par les humains. ils sont donc moins craintifs ou moins sur leurs gardes. Ceci étant, l’ours noir reste un animal sauvage dont nous ne pouvons prédire la réaction. C’est pourquoi toutes les visites sont accompagnées et sécurisées. Nos guides savent les appâter. Lorsque l’ours s’approche, c’est pour la nourriture, pas pour l’homme. au contraire d’une rencontre aléatoire en plein bois ! De plus, l’interprétation faite par nos guides permet de rassurer les visiteurs qui repartent avec des conseils clairs qui leur seront utiles s’ils tombent fortuitement sur lui.

Informations : www.quebecmartitime.ca

Aucun commentaire:

Publier un commentaire