Les Chouettes – Paris, atmosphère intimiste et gourmande

le 18/11/2016

A deux pas du célèbre Carreau du Temple, dans le Haut-Marais, Les Chouettes sont installées dans un joli nid, un ex-atelier de bijouterie et de jouets, à l’inspiration « Eiffelienne ». Au menu, une savoureuse gastronomie. Découverte…



Voilà un quartier parisien en pleine effervescence. Thibault Vidalenc, le créateur de l’Hôtel de Sers, a eu un véritable coup de coeur pour cet ancien atelier de bijouterie qu’il a totalement rénové en collaboration avec l’architecte designer Lazaro Rosa Violan pour en faire un restaurant décoré d’objets rares. Les carreaux des sols proviennent du sud de l’Espagne, le grand tapis bleu a été chiné dans un bazar d’Istanbul et le bar du "paquebot" donnent au rez-de-chaussée un style brasserie Art déco.


Un lieu de vie…



Le restaurant est un véritable « lieu de vie » avec deux salons, une vaste salle à manger aux banquettes confortables, dans un décor style Eiffel à couper le souffle. Ne lâchez pas la rampe, plus on monte, plus on voyage : pots, lampes, flacons, mappemondes viennent des quatre coins du monde tandis que les photos, gravures, dessins d’architectes proviennent d’archives personnelles. En effet, il faut presque atteindre le sommet de l’immense verrière pour découvrir deux étages, aux coursives dignes d’un paquebot immobile avec son salon bibliothèque, un autre avec cheminée, et le bar au premier.

Cet endroit possède aussi la particularité de changer totalement d’ambiance le soir par rapport à la journée, les lumières apportant une atmosphère encore plus intimiste. Des coins secrets pour les tête-à-tête, une bibliothèque pour bouquiner... tout a été prévu pour créer une atmosphère intime et chaleureuse. Pour prendre son repas, on s’installe au sein d’alcôves pour plus de tranquillité.


Un chef talentueux…


Le chef Wilfried Graux, âgé de 28 ans, originaire de Martinique, sait déjà à 5 ans qu’il veut être Chef. Etudes terminées et Bac en poche, il part 6 mois à Guernesey comme commis de cuisine puis fait ses gammes au Sofitel Arc de Triomphe. A 24 ans, il s’envole pour les USA et devient chef d’un « french restaurant » à New York. Paris lui manque et devenu jeune papa, il rejoint l’hôtel Molitor. Cinq mois après, le voilà chef de cuisine. Top Chef le remarque et l’invite dans son émission en février 2016.

Dès son arrivée aux Chouettes, il met en avant le "bon produit" dans sa simplicité, du classique au goût du jour... bref une cuisine authentique. A ses côtés, Pierre Raulet, le chef pâtissier tout en restant fidèle à « l’irrésistible Paris-Brest », une valeur sûre de la maison, se fait un plaisir de vous surprendre avec un dôme citron meringué ou avec un mille-feuille chocolat.

Mais avant de déguster le dessert, Wilfried Graux vous offre un festival de saveurs : un takati de bœuf façon thaï, cébette et fenouil, un carpacio de poulpe, purée de cresson et condiments citron, un merlu cuit vapeur à 56°, viennoise aux herbes autour du potiron ou encore un bœuf Black Angus snacké, tatin et purée de carottes au beurre noisette. C’est simple, épuré et très bon !


Au menu : poissons, gibier, volailles…


Wilfried Graux aime surtout cuisiner les poissons, qu’il sélectionne chez Reynaud et Terroirs d’Avenir, mais il s’intéresse aussi au gibier et aux volailles Bio. Le dimanche, on sert le Brunch. Il séduit autant les gourmands que les « healthy lovers » à la recherche de plats sains et savoureux.

Résultat, sur la carte du déjeuner et du dîner, on trouve un choix entre cinq entrées, cinq plats, cinq desserts qui varient chaque semaine selon les arrivages et l’inspiration du moment. Côté cave, on compte une centaine de références, avec une vraie recherche de petits producteurs biodynamiques. Les Chouettes ne cachent pas leur tendresse pour les vins du Sud comme le Pic Saint-Saint-Lou Mas Foulaquier, Les Calades 2011 ou un Côtes du Roussillon 2013 joliment nommé « de battre mon coeur s’est arrêté ». Du côté des eaux de vie, c’est vers le lac de Constance et le maître allemand Christophe Keller, que le choix s’est porté sans réserve avec une douzaine de productions différentes parmi lesquelles la fameuse Poire William du Christ et l’extraordinaire Framboise sauvage.



Sur la table d'hôtes, trônent les pains dorés de Bernard Ganachaud, la star du fournil. Au bar, se dégustent les Marise, les blondes houblonnées du célèbre brasseur belge Dirk Naudts, et à toutes heures, une tasse du Café Coutume d’Antoine Nétien, le gourou du café moderne, élu meilleur torréfacteur de France. Autant de choix qui témoignent d’un vrai souci de qualité et d’originalité. Pas de doute, ici, on joue avant tout sur l’émotion et c’est réussi !

Ouvert tous les jours de 12h à 23h00 (23h30 le week-end).

Pour en savoir plus :


Restaurant Les Chouettes 32, rue de Picardie 75003 Paris, tél. 01 44 61 73 21. Site web : www.restaurant-les-chouettes-paris.fr

(Photos : Les Chouettes).

À lire aussi